Comme vous le savez déjà, je travaille dans le merveilleux monde (et parfois absolument tout le contraire aussi) des communications. Dans un article précédent, je m’étais promis de vous fournir mes trucs, particulièrement pour les travailleurs autonomes qui commencent dans ce milieu ou aimeraient commencer, trucs pour ne pas vous faire ″avoir″ et autres aspects du métier que l’on ne peut pas imaginer, tant que nous ne sommes pas dedans…hey oui ! Si jamais cela peut vous faire gagner du temps, vous éviter des échecs ou vous aider dans votre négociation de contrats…mon travail sera alors fait !

Si vous êtes curieux.curieuse de connaître un peu mon parcours, vous pouvez lire cet article.

1 – LES PREMIERS MEETINGS – FAITES ATTENTION

Allons direct au but : ce n’est pas toutes les personnes ou entreprises qui vous approchent ou qui acceptent de vous rencontrer qui sont sérieux.sérieuses dans leur démarche. Dans ce domaine, malheureusement, BEAUCOUP de clients voudront vous rencontrer seulement pour cuisiner vos IDÉES. N’oubliez pas, VOS IDÉES VALENT QUELQUE CHOSE, en fait, elles valent très chères puisque des gens déjà établis désirent vous les voler ou…s’en inspirer et faire travailler d’autres gens à votre place (comprendre ici leur équipe en place ou quelqu’un qui n’a pas d’idées mais qui charge vraiment pas cher…) !

Toutes les innovations, toutes les grandes réalisations passent par des idées nouvelles, rafraichissantes et créatives. Donc, lors des premiers meetings, faites la liste d’épicerie de votre client, apporter lui quelques idées mais ne vous avancez PAS TROP. C’est super dommage de penser comme ça mais je vous jure que vous êtes mieux d’être sur vos gardes que de voir votre idée, vos stratégies aux mains des autres et ce, sans être payés. Le développement de vos idées de façon plus précise avec plan d’action devrait se faire APRÈS avoir signer un contrat en bonne et due forme.

2 – INSISTEZ POUR AVOIR UN CONTRAT

Oui, je sais, nous avons bons cœurs, nous désirons profondément le meilleur pour nos clients mais…rappelez-vous qu’un contrat protège les deux parties. Vous ET le client. J’ai longtemps laissé trop de lousse à des clients parce que je leur faisais confiance…vous avez le droit de rire de moi en lisant ces lignes ! Dieu sait qu’à chaque fois, ça c’est plutôt mal terminé et généralement, vous êtes la personne la plus lésée dans le processus.

Non seulement vous devez faire un contrat clair mais je vous conseille de faire appel à un avocat spécialisé dans le domaine qui pourra vraiment rédiger avec vous quelque chose de béton. Les prix varient entre 200 à 500$. Si vous écrivez la première ébauche, le prix risque d’être moins élevé.

Rappelez-vous aussi qu’un futur client SÉRIEUX sera absolument enchanté de signer avec vous !

3 – LA LISTE DES TÂCHES

Je sais que c’est un processus qui prend du temps mais vous devez le faire. Vous devez écrire précisément vos tâches pour vous protéger dans le futur. Faites la liste, demandez à votre client de l’approuver et ensuite, placez celle-ci dans votre contrat. Si vos tâches changent, refaites un autre contrat à jour cette fois-ci.

Encore une fois, un client sérieux n’y verra aucun mal, même que la plupart du temps il vous proposera un contrat clair dès vos premiers entretiens.

4 – GARDER UN DOSSIER MÉTICULEUX SUR CHAQUE CLIENT

Je suis certaine que vous faites déjà des folios pour chacun de vos clients. Cela dit, si vous faites affaire avec des gens que vous sentez plus ou moins honnêtes, gardez toujours une copie si possible de vos échanges par courriels,surtout s’il s’agit de changements majeurs dans la stratégie ou dans votre liste de tâches. Gardez des preuves que les demandes viennent bel et bien du client. Même que pour des gros changements de stratégies, faites toujours valider par le client par courriel. Exemple :

” Bonjour, donc, je voulais juste valider avec vous que  PROJET X sera momentanément mis de côté pour favoriser le PROJET Y, à votre demande. Merci de me retourner ce courriel avec votre validation.”

5 – LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Je ne suis pas experte dans ce sujet mais, sachez que ce si vous faites par exemple un logo pour un client, cela ne veut pas dire qu’il a le droit de l’utiliser partout. Vous pouvez établir vous-même certaines règles, à mettre dans le contrat initial. Exemple : Logo utilisable seulement à telles ou telles fins”.

Encore une fois, il y a plusieurs facteurs qui rentrent en ligne de compte. Si vous n’êtes pas certains, consulter un avocat, ce n’est pas assez cher pour s’en passer.

QUESTIONS

Si vous avez des questions précises concernant le domaine, n’hésitez pas à les écrire dans les commentaires Facebook ou ici !